Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes

Couv' DFPAAujourd’hui, on inaugure le nouveau blog après déménagement, avec le premier post qui ne provient pas de l’ancien. Comme dit hier, on ouvre le bal avec une LC que j’avais initiée sur Livraddict (au passage je remercie chaleureusement tout les participants).

Résumé
Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian (Note > En vrai elle est pas psy mais instit’), d’appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans une boulangerie. C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jour les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d’un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l’état de bête.

A l’origine, on m’avais défier de lire ce livre dans le cadre du challenge « ces livres que l’on ne s’imaginerait pas lire », option SF. Au final, j’en ressort avec un avis plutôt partagé. Et malheureusement, ce n’est pas un réconciliation avec le genre.
En elle-même j’ai trouver l’histoire assez originale et sympa. Le fait que tout nous est raconté par Charlie via ses Compte Rendu était assez original. Malheureusement, j’ai été déçue par le fait qu’on ne s’attarde pas des masses sur la croissance de l’intelligence de Charlie et je reconnais qu’une fois que ce dernier avait son QI très élevé, le personnage m’a beaucoup moins intéresser. Tout comme les personnages secondaire le ressentait, il m’a semblé antipathique et égocentrique. Je me doute bien que l’auteur a voulu qui l’en soit ainsi, mais c’est quelque chose qui m’a vraiment génée dans ma lecture : tout le temps où Charlie était intelligent, je peinait vraiment à avancer dans l’histoire. En revanche, dès que cette dernière s’est mise à décroitre, j’ai retrouver tout mon intérêt pour le livre.
En revanche, j’ai beaucoup aimé l’amitié qui s’est créer entre notre héros et la petite souris : tout les deux dans la même galère et qui sera au final le déclencheur de tout le déclin des facultés de Charlie puisque Algernon sera la première a perdre les siennes.
Concernant les autres personnages, ils ne semblent que passer en coup de vent même si leur présence est belle et bien réelle. On ne les connait pas réellement, nous faisons leur rencontre par le biais des souvenirs de Charlie ou encore son vécu, tout y est subjectif : si Charlie apprécie cette personne, alors nous aussi (parce que nous le la connaissons que comme cela) et inversement.
Par moment, ce livre m’a rappelé un peu Precious de Sapphire que j’avais lu il y a quelques mois et que j’avais adoré, notamment par l’écriture de Charlie dans les périodes où il était arriéré (lorsqu’il écrivait quasiment tout en phonétique).
J’ai découvert que ce livre avait été adapté en film, sous le même titre. Si j’ai l’occasion, je pense que je me pencherais dessus.

En bref : Avis plutôt mitigé, une histoire assez sympathique mais un personnage qui ne l’est plus à mesure que l’on avance.

Lecture Commune avec : Flo_bossFurby71LexounetLisalorMélusineMina 88NathalieOpales – Paikanne – PetitepomPtitetrolleScor13Setsuka – Shanaa – Wilhelmina (Liens à venir)

Récompenses :
– 1960 : Prix Hugo dans la catégorie Meilleure Nouvelle
– 1966 : Prix Nebula dans la catégorie Meilleur Roman

Défi Ces livres qu’on ne s’imaginerais pas lire : 2/2
[Challenge Completed]

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Butterfly Romans & Nouvelles, Butterfly SFFF

9 réponses à “Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes

  1. J’ai bien aimé au début mais j’ai fini par m’ennuyer. Dommage mais je ne regrette pas de l’avoir lu.

  2. Avis mitigé pour moi également, j’ai trouvé la construction originale mais l’histoire trop basique… =$

  3. C’est vrai que Charlie est énervant quand il devient un génie, et ça m’a un peu gênée mais après coup, quand j’ai pris un peu de recul sur le livre, je ne pouvais en vouloir à l’auteur car c’était un passage obligé pour qu’il puisse nous transmettre son message.

  4. Comme tu le dis, l’auteur à sciemment voulu qu’il en soit ainsi je pense pour montrer que surdoué, il revient à la case départ : incompris, différent, rejeté même si là c’est un peu de sa faute.
    Je trouve que le texte est très humain et juste. Dommage que tu n’ais pas plus accroché…
    (passes sur le topic du défi pour en faire profiter tout le monde 🙂 )

  5. Oh, je n’avais pas vu que tu avais changé de blog ! J’avais hésité avec WordPress aussi… Bon choix ! 😉

    Concernant Des Fleurs pour Algernon, tu sais déjà que j’avais beaucoup aimé mais finalement, je ne m’en rappelle plus tellement… comme quoi il ne m’a pas tant marquée que ça !
    Il faudrait que je le relise à l’occasion, c’était du « très bon », mais pas assez pour être un coup de cœur.

    • Cela faisait longtemps que l’idée de changer d’hébergeur me trottait dans la tête. Les fonctionnalitées de Canalblog étaient trop limités.
      Il me semblait bien que tu avais assez aimé ce livre. Il me semble que j’avais lu ton avis à l’époque soit sur ton blog soit sur le forum de Bulle (où ça fait d’ailleurs un bail que je suis pas revenue, il faudrai que j’arrange ça).

  6. je pense me pencher aussi sur le film et/ou le téléfilm. C’est dommage que tu n’aies pas plus accroché

  7. furby71

    De mon côté, j’ai aimé le personnage de Charlie, même après qu’il soit devenu un génie. Je ne l’ai pas interprété comme de l’égocentrisme : Charlie est déçu, car il se rend compte que même en étant devenu très intelligent il reste coupé du monde et que son incapacité à communiquer avec les autres est restée telle qu’elle était.

  8. Pour moi le Charlie arrogant m’a toujours paru cacher le petit Charlie gentil du début, je ne suis jamais arrivée à le détester. J’ai un peu l’impression que s’il avait eu plus de temps, le Charlie intelligent aurait continué à évoluer affectivement et qu’il aurait finalement tissé des liens avec son entourage. Le problème c’est qu’ici il est propulsé dans sa nouvelle tête sans avoir eu le temps de comprendre le monde comme une personne normale, ce qui permet de devenir un peu empathique et indulgent envers les autres. C’est ce qui lui manque le plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s